solo_top

Solo – Les survivants du chaos
/ Critique éclair

Il y a quelques temps, je suis tombé par hasard sur cette BD dont le style graphique m’a tout de suite plu. Un rapide coup d’oeil et surprise ! ça raconte les aventures de survie d’un homme-rat dans un univers post-apocalyptique. Moi qui étais en train de jouer à Fallout New Vegas, j’étais comblé.

Du premier coup d’oeil, cette BD est pleine de promesse. Mais qu’en est-il au final ?

Aux commandes de cet impressionnant pavé publié par Delcourt ( 108 pages tout de même), nous avons Oscar Martin, un dessinateur espagnole venant précédemment du monde de l’animation.

Le graphisme

On retrouve ici un style qui me plait énormément : Un trait rond et une colorisation riche qui donne un coté dessin animé très plaisant à l’oeil. On est cependant loin d’un Disney puisque l’aspect post-apocalyptique n’est pas oublié et la saleté, la poussière et le sang sont tout aussi bien transposés. Les personnages et les décors fourmillent de détails (sacoches, bandelettes, cartouches …) ce qui renforce l’immersion à la manière d’un JDR.  La composition des pages reste plutôt classique avec peu de cases spéciales ou de doubles pages.

Et philosophe avec ça.
Et philosophe avec ça.

 

Le scénario

L’histoire se passe dans le futur où après une série de catastrophes nucléaires, la terre entière est changée. Certains animaux ont évolués jusqu’à devenir intelligents et obtenir une posture humaine. C’est le cas de Solo, notre héros rat. Il nous emmènera à la découverte de ce monde mélangeant folie meurtrière et survie. La loi du plus fort y est reine et notre héros devra jouer de son intellect et de sa force pour se sortir des pires situations. Y arrivera-t-il ?

Alléchant n’est ce pas ? Quelques mauvais points sont cependant  à noter au niveau du scénario. Si l’univers est digne d’intérêt, l’histoire ne nous en donne que peu d’informations à part en fin de volume sous la forme d’une encyclopédie (races, lieux …). On saluera la quantité de détails ainsi offerte mais je ne peux m’empêcher d’y trouver une certaine facilité. Certaines de ces infos auraient dues nous être données au cours de l’histoire.

Le rythme de l’aventure est aussi, je trouve,  mal maîtrisé. La fin du récit s’alourdit du fait du lancement d’une nouvelle suite de péripéties. Ajoutez à cela un héros philosophe et bavard (enfin, c’est un gros penseur quoi) mais surtout terriblement fort. Rien ne semble lui résister et on ne ressent rapidement plus aucune peur pour lui. Difficile dans ce cas là d’éprouver de l’empathie ou de se sentir proche de lui. Survivra-t-il cependant à la folie sanglante dans laquelle il a été entraîné ?

"Putain de sa race" - Figurant N°2
« Putain de sa race » – Figurant N°2

 

En bref

Ce premier tome largement bien fourni nous offre une aventure digne d’intérêt, dans un univers richement détaillé et servi par un dessin extrêmement plaisant. Malgré un essoufflement du scénario en fin de volume et un héro un peu trop héroïque, Solo devrait plaire aux amateurs de Mad Max ou de Fallout. La survie, le chaos, la folie … Heureusement qu’il nous reste la violence !

 

Pour aller plus loin :

La page officielle de la BD, chez Delcourt.

Des photos de chatons tout mignons à regarder après avoir lu la BD, histoire de retrouver un peu de santé mentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>